Rester motivé si vous n’aimez pas votre boulot

Rester motivé au boulotJ’aimerais vous dire que la vie est facile. Qu’une fois vos études terminées vous trouverez le boulot de vos rêves, que vous gagneriez beaucoup d’argent et que vous mènerez la grande vie dont vous avez rêvé. Mais vous n’êtes pas dupes, vous connaissez comme moi la réalité et qu’on est très souvent loin du glamour et de ce qu’on avait espéré.

On ne fait pas toujours ce que l’on veut dans la vie.

Cette phrase, je l’ai entendue plusieurs fois, on vous la répétera souvent si vous rencontrez des difficultés, si vous n’êtes pas satisfait.

Si vous n’avez pas la chance de trouver un boulot dans la branche de vos études, que le boulot auquel vous aspiriez fait partie de ceux que l’on dit « bouché », qu’il n’y a que des stages et des CDD à votre porté, il viendra un moment où il vous faudra prendre un « job alimentaire » car il faut bien vivre et assurer les dépenses.

Il n’y a pas de honte à ça, être caissière ou autre, c’est un job. Et puis dites vous que grâce à vous,  tel endroit fonctionne même le dimanche. Les gens n’ont pas conscience de ça mais vous si, et vous serez reconnaissant envers celles et ceux qui se lèvent chaque matin et sont là pour vous accueillir.

Que vous fassiez un job alimentaire ou « normal », si vous n’aimez pas ce que vous faites (et vous avez le droit), il existe des petites astuces pour rester motivé et se lever chaque matin.

Faire semblant

Le matin il faut se motiver ! Écouter une musique, une chanson que vous aimez et qui vous aide à garder la tête haute et le moral au top.
Il faut se convaincre que la journée se passera bien et que vous vous donnerez au max, en gardant le sourire.

Il faut faire semblant que tout va bien se passer, que ce boulot vous convient.

J’écoute ces derniers matins cette chanson et le refrain me reste en tête toute la journée. Elle est parfaite pour celles et ceux qui veulent y croire et se donnent les moyens.

I’m just a believer That things will get better

 

Faire la part des choses

Ah qu’est-ce que j’ai horreur quand on me dit que je dois apprendre à faire la part des choses ! Et pourtant c’est tellement vrai !

Il faut apprendre à relativiser (oui je me répète encore, jusqu’à ce que ça rentre dans la tête) les situations. Oui le boulot peut être chiant, vous vous ennuyez mais il y a pire dans la vie (voir L’art d’être heureux #6)
Le boulot c’est le boulot et il faut le laisser au boulot. J’essaye au maximum de ne pas raconter ma journée quand je rentre le soir, et vous me verrez rarement en parler (ou me plaindre) sur Twitter.
Si vous avez besoin, reportez vous à la première règle qui est de faire semblant. Créez-vous une bulle dans laquelle vous vous sentez bien.

Voir le positif

Dans chaque journée, dans chaque boulot il y a du positif !

Il faut savoir le voir, en être reconnaissant et ça peut être une raison suffisante pour vous aider à affronter une journée.
Faites une liste de tout ce que vous appréciez dans votre boulot (ne me dites pas que rien ne vous plait, il y a toujours un petit truc qui vous donne le sourire, même si c’est très petit).

Par exemple pour moi, dans mon boulot : j’ai des super collègues avec qui je m’entends bien (j’ai toujours eu de la chance de ce côté, de ne pas travailler avec des gens hyper relous – attention, il y a des affinités mais dans l’ensemble, c’est une très bonne équipe); je n’ai que 20 minutes de transport pour aller au boulot (là aussi, j’ai toujours eu de la chance de ce côté); le cadre où je travaille est très joli (même après 8 mois, j’admire comme la 1ère fois le lieu); les horaires ne sont pas trop relous; je travaille face au public et je rencontre parfois des gens vraiment très gentils et souriants (du love sur les visiteurs qui viennent de Chicago). Et puis j’ai eu la chance de croiser quelques personnalités (Maisie Williams, Hugh Jackman, Francis Lawrence,…).

 

Voilà quelques astuces pour rester motivé si vous n’aimez pas votre boulot.
Bien sûr, si malgré ça vous n’y arrivez pas, si vous êtes épuisé(e) moralement, physiquement, que vous vous forcez vraiment pour vous lever et accomplir une tâche, il faut s’arrêter !

A partir du moment où on ne peut plus faire semblant, il faut savoir dire stop pour son propre bien. Ça ne sert à rien de se mettre dans une situation qui rende malade et épuise. Il faut penser à soi, à son bien et il n’y a pas de honte à ça. Nous sommes des êtres humains, pas des machines.

 

Photo : Tim Gouw

Envoyer des good vibes !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest3Share on Google+1Email this to someone

Une autre lecture ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.