5 raisons de courir seul(e)

Courir seul(e) : 5 bonnes raisons (via MyPopLife.fr)Aujourd’hui, pour bien débuter la semaine, j’ai envie de vous parler sport.
Si vous me suivez sur Instagram, vous avez vu que j’ai repris depuis plusieurs semaines la course – ou running. Je vous en parlais justement la semaine dernière quand je partageais avec vous ma playlist pour courir.

Ces dernières semaines, courir a vraiment été vital pour moi et encore ce samedi en rentrant du boulot, j’étais à 2 doigts d’enfiler mes baskets. Mais courir avant d’aller dormir ce n’est pas très bon. Pas grave, dimanche matin, j’étais motivée pour faire une de mes meilleures séances depuis ma reprise.

Aujourd’hui j’ai envie de vous montrer les bienfaits si vous courez seul(e). Si vous avez peur de vous lancer, si vous n’aimez pas faire les choses seul(e), j’espère que les prochaines lignes vous aideront et vous convaincront de foncer !

Sort de sa zone de confort

Pour certaines personnes, faire les choses seul(e) n’est pas envisageable. Pourquoi ? Bien souvent c’est parce que la société nous apprend que quand on est seul(e) c’est qu’on n’a pas d’amis. Et il est donc hors de question de donner cette impression aux autres, même si on ne les connait pas.
Après ça peut être aussi par habitude, ou par principe.

En courant seul(e), si vous ne l’aviez jamais fait, vous sortez clairement de votre zone de confort (on a déjà parlé de sortir de sa zone de confort). Et il y a de fortes chances pour que vous y preniez goût. N’ayez pas peur de franchir la ligne et de tenir tête à la facilité.

Montre sa détermination

Rien de mieux pour se prouver sa détermination que de courir seul(e). Parce que quand vous courez, vous n’avez personne d’autre pour vous encourager, pour vous remotiver et vous dire pourquoi vous êtes là, en train de vous essouffler, de souffrir, de transpirer.

Vous courez parce que vous recherchez quelque chose. Vous avez besoin de perdre du poids, de raffermir vos cuisses, ou bien pour vous vider la tête, oublier vos soucis.
Vous êtes le/la seul(e) à savoir pourquoi vous vous êtes levé(e) ce matin, au lieu de faire la grasse mat. Vous devez vous motiver vous-même pour ne pas vous arrêter au moindre problème, à peine vous avez commencé.

Si vous n’arrivez pas à vous convaincre vous-mêmes que vous pouvez le faire c’est que vous n’êtes pas assez fort mentalement. Et est-ce que c’est ce que vous voulez ? Est-ce que vous voulez abandonner dès le départ ?

Renforce la confiance en soi

Si vous arrivez à vous motiver, à vous convaincre que, oui vous pouvez le faire et tenir sans vous arrêter jusqu’à cette barrière, vous avez gagné votre combat avec vous.
Il n’y a pas meilleur exemple et meilleure preuve de ses capacités que le sport. Car c’est l’endroit où l’on peut se dépasser, se prouver qu’on peut le faire.

Vous avez tenu pendant 10 minutes sans vous arrêter ? Puis 20, puis 30 ? Vous êtes passé(e) de 1km à 2, puis 3, puis 5 ? Le tout en prenant votre temps.
Fixez-vous des objectifs et quand vous voyez que vous franchisez un cap, la fierté est là. Et quoi de mieux pour prendre confiance en soi que de voir que vous pouvez tenir la distance et respecter vos engagements envers vous-même.

Fait ce que l’on veut/peut

L’avantage de courir seul(e) c’est qu’on a pas besoin de se caler à quelqu’un. Au départ principalement. Si vous débutez et que vous choisissez de courir avec quelqu’un qui le fait depuis des mois, voir des années, ça sera très compliqué car bien souvent on a envie de suivre l’autre et on s’épuise. Ou alors, l’autre n’attend pas car il a son rythme. Et donc ce n’est pas vraiment sympa de dire qu’on va courir avec X si au final chacun cour de son côté, à son rythme.

En courant seul(e), on fait les choses à sa façon, à son rythme, sans se mettre la pression et rentrer en compétition.
Par la suite, une fois que l’on est régulier dans sa course et son souffle, on pourra envisager de courir avec une autre personne. Pour se donner une nouvelle motivation, un nouvel objectif.

La liberté

Souvent si on n’ose pas courir seul(e) c’est parce qu’on ne trouve personne dans son entourage qui veuille aussi le faire. Du coup soit on attend de trouver quelqu’un, soit on ne va pas courir. Ou mieux, on n’habite pas au même endroit que nos amis sportifs et du coup, c’est une tout autre histoire que celle de devoir se lever tôt, se préparer, prendre les transports pour rejoindre l’autre là où il/elle habite.

Courir seul(e) procure un sentiment de liberté car on a décidé de ne pas dépendre des autres pour faire les choses. Ça va avec la zone de confort et la confiance en soi.

 

Oui on peut courir seul(e), non les gens ne vous regarderont pas de travers. Mieux, quand on est seul(e), je trouve qu’il y a une « solidarité » plus forte avec les autres coureurs. Ils saluent plus facilement ou bien souvent ils encouragent. Je me souviens de ce monsieur qui m’avait encouragée, il y a de ça deux ans, à suivre mon rythme et nous avions bien discuté.

N’ayez pas peur ! Sauter le pas et foncer ! Pour votre corps et votre esprit, vous ne pouvez sortir de là que gagnant !

Envoyer des good vibes !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest2Share on Google+0Email this to someone

Une autre lecture ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.